Tour de David

Publié par guideisrael le

Aujourd’hui, la plupart des visiteurs entrent dans la vieille de Jérusalem par la Porte de Jaffa. Cet accès est privilégié grâce aux travaux effectués il y a plus de vingt ans dans le centre Mamilla. En plus de ses 140 magasins qui attirent en été jusqu’à 20 000 personnes par jour, le centre propose 1600 places de stationnement pour les voitures et 60 pour les autobus. Un lieu idéal pour commencer la visite de Jérusalem. Une fois la Porte de Jaffa franchie, un bâtiment imposant attire l’œil de tous les visiteurs : la Tour de David. Également appelée la Citadelle de David, ce complexe s’apparente à un concentré de l’histoire de Jérusalem depuis 3000 ans. En occupant l’angle nord-ouest de la ville antique, entouré de vallées profondes, ce site occupe une place stratégique.

Les vestiges les plus anciens, des marques de taille dans la roche calcaire, datent de l’époque du Premier Temple il y a 3000 ans. Les archéologues ont également découvert les traces d’un rempart massif construit par les Hasmonéens (IIème siècle avant notre ère). Ce dernier, appelé « le Premier Mur » par Flavius Joseph, permit de résister au siège du Roi séleucide Antiochus en 132 avant notre ère.

C’est au plus grand bâtisseur de l’Antiquité, le Roi Hérode le Grand (règne de 37 à 4 avant notre ère), que l’on doit un palais et trois tours massives. L’une appelée Phasael, le frère d’Hérode. L’autre Hipicus, son meilleur ami. La dernière était nommée après sa femme, Mariamme, dont Hérode était fou amoureux. Malgré cela, lorsque Salomé, la sœur du Roi Hérode, complota contre Mariamme et affirma au roi que cette dernière avait l’intention de le tuer, Hérode décida de la faire exécuter. Pris de remords, tombant dans la folie, il la fit embaumer dans du miel et conserva sa dépouille auprès de lui. Hérode était un bâtisseur extraordinaire à qui l’on doit notamment la ville de Césaré, la forteresse de Massada et l’agrandissement du Temple de Jérusalem. Constructeur génial, mais Roi tyrannique et sanguinaire.

Lors de la révolte juive qui se conclut par la destruction du Temple de Jérusalem, les murailles de la Citadelle et une partie des tours furent abattues. On peut visiter une des tours dont les vestiges sont des plus impressionnants. On remarque tout d’abord que la base de la tour est construite avec d’énormes blocs de calcaire dont les bords des faces comportent une marge et un centre poli. C’est la marque des constructions hérodiennes. On la retrouve sur les murailles qui entouraient le Mont du Temple et notamment au mur des Lamentations. Dans la moitié supérieure de la tour, il y avait des appartements magnifiques et même un bain. Les dimensions de cette tour étaient supérieures à celle du phare d’Alexandrie, une des Sept Merveilles du monde.

Du haut de la tour, nous avons un point d’observation exceptionnel sur les quatre quartiers de la vieille ville, sur le Mont du Temple et le Mont des Oliviers.

Pendant les périodes romaines et byzantines, la citadelle est devenue un camp militaire. C’est de cette époque qu’elle a pris le nom de Citadelle de David.  Certainement pour honorer le plus grand Roi de Jérusalem et faire tomber dans l’oubli Hérode le Grand. En effet, les chrétiens ne voulaient pas honorer l’auteur du Massacre des Innocents. Selon le Nouveau Testament, le Roi Hérode aurait décider de tuer tous les enfants de moins de deux ans de la région de Bethléem de peur qu’un nouveau Roi lui ravisse la couronne. Notons qu’il n’y a pas d’écrits extrabibliques qui mentionne cet évènement. Même si nous savons aujourd’hui que la Jérusalem du Roi David se situe plus au sud et que son palais est dans la « cité de David », le nom de Citadelle de David a été gardé ici par tradition.  Avec la conquête arabe en 638, une forteresse a été construite. Cette dernière a été conquise puis reconstruite par les croisés après 1099. C’est de cette époque que datent le glacis et les douves qui protègent l’accès au complexe. Le site a gardé sa fonction militaire sous les Mamelouks et les Ottomans pendant 700 ans. Pendant le mandat britannique, le site fut restauré et les premières fouilles archéologiques furent réalisées. Après la Guerre d’Indépendance et la division de Jérusalem, le bâtiment retrouva sa fonction militaire avec les Jordaniens en 1949. Après 1967 et la Guerre de Six Jours, les fouilles archéologiques reprirent et en 1989, la Citadelle devint le musée de l’Histoire de Jérusalem.

Une dizaine de salles présentent l’histoire de la ville par époque, avec des maquettes, des plans et des hologrammes. Le site propose également un magnifique spectacle de son et lumières, spectacle projeté sur les vestiges et les murs de la forteresse. Des images à couper le souffle et une accompagnement sonore original offrent une expérience exceptionnelle pour un voyage historique de 4000 ans à Jérusalem.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *