A la découverte du désert du Néguev

Publié par guideisrael le

Son nom fait rêver… le désert du Néguev. Cette immense étendue de plusieurs milliers de kilomètres carrés qui s’étend de Beersheva à Eilat est la plus grande région d’Israël. 55% de la superficie du pays. Et seulement 8% de la population. Des immenses étendues désertiques inhabitées ou presque. C’est sans doute la raison pour laquelle 40% du Néguev est classé réserve naturelle. En quittant Beersheva en direction d’Eilat, voici quelques étapes afin de gouter aux joies multiples et variées de ce désert si particulier….

1er arrêt au kibboutz Sdé Boker, à moins d’une heure de route de Beer Sheva. C’est ici que David Ben Gourion a passé une dizaine d’années. On peut visiter sa maison, voir ses effets personnels avec notamment une collection de 5000 livres et apprécier la simplicité avec laquelle ce grand dirigeant vivait au quotidien. A quelques kilomètres du kibboutz, se trouvent les tombes de Paula et David Ben Gourion. Juste au-dessus du nahal Zin, avec une magnifique vue sur le désert. Fait inhabituel, il y a 3 dates sur la tombe de David Ben Gourion : 1886, 1906, 1973. En effet, en plus de sa date de naissance et de décès, il y a son année d’Alyah. David Ben Gourion considérait son alyah comme une nouvelle forme de naissance. Il est enterré ici car il avait une vision toute particulière du désert dans lequel il imaginait le futur d’Israël : il y voyait la possibilité d’accueillir les juifs du monde entier grâce à l’eau desalinisée et à l’énergie solaire, déjà dans les années 1960, et du travail pour 3 millions de personnes dans l’industrie et 2 dans l’agriculture.

En reprenant la route vers le sud, on peut faire une très belle étape au parc national d’Avdat. C’est un site nabatéen (les fondateurs de Pétra) sur la route de l’encens. Cette route de 1800 km a été utilisée pendant plusieurs centaines d’années pour le commerce de l’encens et des épices entre l’Egypte et le Yémen et l’Inde. L’Unesco a d’ailleurs classé 4 sites du Négev (Mamshit, Avdat, Halutz et Shivta) au patrimoine mondial de l’humanité en 2005.  Ces villes nabatéennes et leurs routes commerciales témoignent de l’importance économique, sociale et culturelle de l’encens dans le monde hellénistique et romain. Ces villes, forts et caravansérails présentent des systèmes agricoles sophistiqués et montrent la capacité des nabatéens à s’adapter à un environnement désertique hostile.

A Avdat en particulier, on peut observer des bains publics, des thermes datant de l’époque byzantine (avec plusieurs salles d’eau à différentes températures et le puits d’approvisionnement de l’eau de 64 m de profondeur). On peut également découvrir une grotte romaine avec des reliefs représentant le soleil et la lune et 20 niches funéraires. Les fortifications de la ville sont toujours visibles et très bien conservées. Enfin, il y a deux églises byzantines : au sud et au nord de la ville. Il y a même un bassin de baptême en forme de croix. C’est l’autre particularité des nabatéens : commerçants avant tout, la religion s’est adaptée en fonction de la domination politique. ils ont été d’abord polythéistes (avant et pendant l’époque romaine), puis chrétiens (pendant l’époque byzantine) avant de se convertir à l’islam quand les musulmans ont conquis la région (à partir de 638).

En reprenant la route vers le sud, on s’aperçoit que la végétation se fait de plus en plus rare et les paysages de plus en plus rocailleux. Jusqu’à l’arrivée à Mitzpe Ramon, cette petite ville de 4500 habitants qui se trouve juste au-dessus du maktesh Ramon. C’est le point d’entrée de nombreux sentiers de randonnée qui traversent le maktesh et le dernier signe de civilisation avant plusieurs dizaines de kilomètres. Le maktesh ramon est un cratère exceptionnel : il mesure 40 km de long et 10 km de large. Mais contrairement aux autres cratères dans le monde, le maktesh ramon n’a pas été formé par une météorite ou un volcan. Son relief a été formé depuis plusieurs centaines de millions d’années uniquement par l’érosion sur des couches géologiques de calcaire, de grès et de granit.

 

Dans le centre des visiteurs, on peut voir une exposition dédiée à Ilan Ramon, cet astronaute israélien décédé dans l’explosion de la navette Columbia en 2003. On présente également l’histoire et la formation du maktesh ramon. Dans le maktesh ramon, il faut découvrir la « minsara » (menuiserie) : un phénomène géologique unique. Il s’agit d’une colline couverte de roches carrées naturelles qui ressemblent à un tas de bois. Il y a également un mur d’ammonites : un mur formé avec des centaines de fossiles vieux de 90 millions d’années.

Dernière étape, à mi-chemin entre Mitzpe Ramon et Eilat, avec le kibboutz Neot Smadar. Fondé en 1989, ce kibboutz a aujourd’hui une centaine de membres et ses principaux secteurs d’activité sont l’agriculture biologique et l’énergie solaire. On peut dormir au kibboutz, visiter les caves à vin et découvrir les produits bio. Mais le bâtiment principal est la maison des arts : un bâtiment unique qui accueille des ateliers artistiques divers : joaillerie, vitrail, tissage de soie, céramique, peinture et dessin, ébénisterie et sculpture sur bois. Une visite exceptionnelle et originale qui vaut le détour…

Catégories : Israel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *