Ilan Ramon le premier astronaute israélien

Publié par guideisrael le

Ilan Ramon, pionnier de la conquête spatiale israélienne, est le premier astronaute du pays à avoir pris part à une mission à bord de la navette spatiale Columbia.

C’est à Tel-Aviv qu’est né Ilan Ramon, le 20 Juin 1954. Il grandit à Beer Shéva et se dirige après le lycée vers des études militaires. Dès son entrée au sein de l’armée de l’air, Ramon enchaîne les prouesses. Très vite, il se fait remarquer et obtient de nombreuses distinctions : en 1974, il est diplômé de l’école IAF (l’école officielle de pilotage de l’armée de l’air) et devient pilote de chasse. Jusqu’en 1976 il poursuit sa formation et participe à des entrainements ainsi qu’à des opérations de base sur des appareils A-4. A partir de 1976, il prend part à plusieurs opérations sur des avions de type Mirage III-C, F4 et F16. En 1981, Ilan Ramon est promu commandant adjoint de l’escadron B, en charge des F-16. En 1983, il entre à l’université de Tel-Aviv afin de parfaire ses connaissances théoriques sur l’aérospatial. 

En 1994, il est promu au prestigieux grade de colonel et est nommé chef du département des besoins opérationnels du développement et de l’acquisition d’armes. 

Riche de 3000 heures de vol, le colonel Ramon a acquis une grande expérience qu’il a su mettre à profit notamment dans l’opération « Paix pour la Galilée ». Selon de nombreuses sources, Ramon aurait fait partie des pilotes israéliens actifs dans l’attaque sur un réacteur nucléaire Irakien d’Osirak en 1981. 

Ilan répond à l’appel de la NASA

Au terme de sa carrière militaire, il est sollicité par la NASA et intègre l’agence américaine en 1997. Il rejoint l’équipe travaillant sur la navette Columbia, en tant que spécialiste de la charge utile. En Juillet 1998, il commence un nouvel entraînement au centre spatial Johnson à Houston.  

Son rêve de devenir astronaute se concrétise le 16 Janvier 2003. Il devient le premier astronaute israélien à quitter la planète Terre. C’est le début de la tragique mission STS 107, à bord de la navette spatiale Columbia. On retiendra cette phrase, écrite dans ce journal personnel : « Aujourd’hui, c’est le premier jour où j’ai senti que je vivais vraiment dans l’espace. Je suis devenu un homme qui vit et travaille dans l’espace »

Prévue pour 16 jours et composée de 7 membres d’équipage, la navette Columbia s’élance avec succès de la base Kennedy. Ilan Ramon et ses coéquipiers connaîtront un sort tragique dans l’accident de la navette Columbia. Le 1er Février 2003, quelques minutes avant d’atterrir, la navette Columbia explose et tout l’équipage à son bord décède dans des circonstances tragiques. 

 

À la suite des nombreuses fouilles des équipes scientifiques, 37 pages du journal de bord de Ilan Ramon sont miraculeusement retrouvées et rendues à sa femme. Celle-ci a décidé de les partager avec le grand public et certaines sont exposées à Jérusalem au musée d’Israël.

Les récits racontent que Ramon aurait également emporté plusieurs souvenirs personnels dans l’espace : quatre poèmes de sa femme, des photos de famille offertes par son père, des lettres fermées et à ouvrir seulement lorsque sa navette sera en orbite d’après la volonté de son fils Assaf et de son frère Gadi. 

Moshe Katsav, alors président d’Israël, lui avait également offert une copie d’extraits de la Torah tenant sur un petit bout de papier dépassant à peine la taille d’une carte de crédit. Ilan Ramon a également emporté un rouleau de Torah miniature qui a été utilisé en secret dans le camp de concentration de Bergen Belsen pour célébrer des Bar Mitzva.  Lui qui se considérait comme un juif laïc mais néanmoins traditionaliste, emporta avec lui des repas casher pour son voyage consultant au passage différents rabbins afin de réfléchir à la manière la plus appropriée de respecter Shabbat depuis l’espace. 

Devenu un symbole d’espoir et ériger en héros national, Ilan Ramon et son voyage spatial ont contribué à réduire l’affaiblissement du moral de la nation israélienne dans une période où le pays traversait une période de guerre et de violences sans précédent.

Le pionnier de l’aérospatial s’est toujours senti investi d’une mission notamment auprès de son peuple. « En tant que premier astronaute israélien, j’ai le sentiment de représenter tous les Juifs et tous les Israéliens », expliquait-il au détour d’une interview, rendant ainsi hommage à sa mère et à sa grand-mère, survivantes des camps d’Auschwitz. Il emporta avec lui un de ses objets les plus symboliques, un dessin intitulé « Paysage Lunaire » d’un enfant juif de 14 ans nommé Peter Ginz, tué à Auschwitz. : « Je suis le fils d’un survivant de l’Holocauste — je perpétue la souffrance de la génération de l’Holocauste, et je suis en quelque sorte la preuve que malgré toute l’horreur qu’ils ont vécue, nous allons de l’avant »

Catégories : Israel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *