La Cour suprême d’Israël

Publié par guideisrael le

A Jérusalem, à proximité de la Knesset et du musée d’Israël, se trouve la Cour suprême. Il s’agit d’un bâtiment magnifique qui abrite la plus haute cour de justice du pays. En effet, selon le système judiciaire israélien, la Cour suprême a une double compétence. Elle s’occupe d’abord des demandes d’appel contre les jugements civils, pénaux et administratifs rendus par les tribunaux de première instance du pays. Ensuite, elle fait fonction de Haute Cour de justice (Bagatz) pour recevoir les requêtes de toute personne contre les organismes publics et les autorités gouvernementales. Elle est ainsi amenée à se prononcer sur la légalité des décisions gouvernementales et administratives dans tous les domaines.  Environ 10 000 procédures sont engagées tous les ans devant la Cour suprême. 

La Cour suprême est composée de 15 juges, nommés par le Président d’Israël sur proposition d’un comité. Les juges nommés siègent jusqu’à leur départ en retraite à l’âge de 70 ans. L’actuelle présidente de la Cour suprême est Esther Hayut, qui a prêté serment en 2017.

On peut visiter le magnifique bâtiment qui abrite la Cour Suprême. Il a été offert par la philanthrope Dorothy de Rothschild, membre de la branche anglaise de l’illustre famille. Il a été inauguré en 1992 et conçu par les architectes Ram et Ada Karmi. Auparavant, la Cour suprême était située dans un ancien bâtiment dans le quartier russe au nord de la vieille ville de Jérusalem. C’est une véritable expérience que de visiter ce bâtiment car il fait de nombreuses références à l’histoire juive et l’histoire d’Israël. Selon le critique Ran Shechori, le bâtiment mêle « des structures hérodiennes en passant par la tombe hellénistique d’Absalom, les croisés, les monastères grecs orthodoxes et jusqu’à la période du mandat britannique ». 

Le bâtiment joue dès l’entrée sur les contrastes. Ombre-clair, étroit-large, tradition-modernité, ouvert-fermé, géométrie et formes libres. Pour le New York Times, c’est le plus bel édifice public d’Israël. Il est dominé par une pyramide qui rappelle les tombeaux de la vallée du Cédron à Jérusalem. 

Trois thèmes dominent parmi ces contrastes : intérieur / extérieur, ancien / moderne et formes droites / formes arrondies. Ce jeu sur les formes donne l’impression que les cercles représentent la justice tandis que les lignes droites représentent la loi. En sortant des lignes, on rentre dans le champ de la justice. 

A l’entrée du bâtiment on peut admirer une magnifique mosaïque. Elle représente deux lions et au milieu se trouve une inscription pour remercier le donateur qui a permis la construction de la synagogue. Elle vient de la synagogue de Hamat Gader, synagogue de l’époque byzantine au IVème siècle. Le lion, le roi des animaux, tel la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire du pays. 

Les cinq salles d’audience ont été conçues avec le même objectif, l’utilisation intensive de la lumière naturelle. Le bâtiment comprend également une bibliothèque, la chambre des juges, la « cour des arcades » et une magnifique baie vitrée qui surplombe la ville. 

Catégories : Israel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *