Le projet de restauration de Hula

Publié par guideisrael le

La vallée de Hula est une région agricole du nord d’Israël avec une eau douce et abondante. Elle offre un exemple de l’équilibre entre la nature et le développement humain.
Le drainage du lac Hula et de ses marais dans les années 1950 avait comme principal objectif une modification de l’environnement pour répondre aux besoins humains. Bien qu’initialement perçu comme une grande réussite nationale et une «bénédiction» agricole pour l’État d’Israël, il a créé rapidement une terre désertique.
Aujourd’hui, après 50 ans de luttes largement infructueuses pour utiliser les ressources de la vallée asséchée, l’État d’Israël a enfin reconnu qu’un développement réussi ne peut durer que si un compromis s’établit. Par conséquent, une petite partie de l’ancienne région des lacs et marécages a été récemment inondée pour tenter d’empêcher une nouvelle détérioration du sol et raviver l’esprit d’un écosystème éteint.
Que savons-nous sur la vallée de Hula ?
La vallée de Hula se trouve dans la partie nord de la vallée du Rift de la mer Morte à une altitude d’environ 70 mètres au-dessus du niveau de la mer.
Avec sa longue histoire de peuplement humain, il n’est pas surprenant que le lac Hula (ou Huleh) ait été désigné sous différents noms. Au 14ème siècle avant notre ère, les Égyptiens appelaient le lac Samchuna . Au 1er siècle de notre ère, l’historien juif Flavius Josèphe l’a appelé Séméchonite , tandis qu’en araméen le lac s’appelait Hulata ou Ulata . L’expression Yam Sumchi est utilisée dans le Talmud. Plus récemment, le lac s’appelait Buheirat el Huleh en arabe et Agam Hula en hébreu.
Le cadre naturel du Hula, avec de l’eau abondante, des poissons, des oiseaux aquatiques et d’autres animaux sauvages, ainsi que de riches ressources terrestres et végétales sur ses flancs, a attiré des établissements humains dès les premiers temps de la préhistoire. En tant que tel, il n’est pas surprenant que les vestiges archéologiques près du pont B’not Ya’akov (« Filles de Jacob ») à l’extrémité sud de la vallée datent du Paléolithique et les vestiges de communautés humaines, Enan (Mallaha), datant d’il y a 9 000 à 10 000 ans aient été découverts dans la vallée.
La vallée de Hula était un carrefour principal sur l’importante route commerciale reliant le grand centre commercial de Damas à la côte est de la Méditerranée et à l’Égypte. Les villes de l’âge du bronze de Hazor et Layish ont été construites à des endroits clés sur cette route il y a environ 4 000 ans. Vers la fin du 13ème siècle avant notre ère, la tribu de Dan détruisit la ville de Layish et construisit à sa place une nouvelle ville qu’elle nomma Dan. Cela a marqué le début d’environ 400 ans de domination israélite sur la vallée de Hula,
La première colonie juive moderne de la vallée de Hula, Yesod Hama’ala sur la rive ouest du lac, a été établie en 1883 lors de la première aliya (vague d’immigration juive) en Palestine. Les communautés juives se sont ensuite développées pendant le Mandat britannique et après l’indépendance d’Israël en 1948.
Les trois grands principes du projet de restauration de Hula sont:
1. Maintien d’une nappe phréatique élevée et d’une couverture verte toute l’année sur les sols afin de ralentir les processus de décomposition et d’affaissement;
2. Création d’un petit lac peu profond riche en plantes, poissons et oiseaux et entouré de pâturages verdoyants avec des animaux pour servir de centre de tourisme et de loisirs;
3. Minimisation du flux de polluants dans le lac de Tibériade provenant des communautés de la vallée de Hula
Pour réduire la détérioration des sols, les agronomes ont mis au point un système de rotation des cultures qui offre un compromis entre revenu et protection des sols. Dans les zones impropres à la culture, les résultats des recherches actuelles indiquent que la végétation locale, associée aux herbes tropicales importées, pourrait fournir la couverture verte souhaitée toute l’année, ainsi que des pâturages pour les animaux.
Afin de garder les sols humides, les hydrologues ont rédigé des plans pour élever la nappe phréatique à une moyenne de 75 centimètres sous la surface. La hauteur de la nappe phréatique a été déterminée de manière à être suffisamment profonde pour permettre la culture des terres affectées à l’agriculture, mais suffisamment peu profonde pour réduire le volume nécessitant une irrigation constante.
En plus d’offrir une flexibilité accrue dans la gestion du niveau d’eau, le lac a été conçu pour servir de centre de développement de l’écotourisme et des loisirs. Ce petit lac, nommé lac Agmon.
Lac Agmon
Le lac Agmon est situé dans la partie sud de la vallée de Hula dans la zone qui servait autrefois de transition entre le lac Hula et les marais environnants. Il est moins profond et beaucoup plus petit que le lac d’origine. Il a une forme irrégulière, couvrant une superficie d’un kilomètre carré avec pour la plupart moins d’un mètre de profondeur d’eau.
Le lac Agmon est un très beau site avec une eau de bonne qualité. Il s’agit encore d’un environnement en développement et des changements majeurs dans la composition de la communauté et la structure de sa vie animale et végétale peuvent encore avoir lieu. Au cours des quatre premières années depuis sa formation, le lac a montré des signes d’un écosystème sain qui attire les visiteurs (humains et animaux) toute l’année.
Un magnifique lac à la végétation luxuriante, des champs verdoyants et des volées d’oiseaux offrent des scènes captivantes de tranquillité face à la grandeur du mont Hermon.
Par conséquent, il peut être avantageux pour les personnes concernées par l’environnement d’essayer de trouver un aspect positif au développement touristique, comme l’opportunité de sensibiliser davantage le pays à la préservation de l’environnement.
Catégories : Israel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *