Les origines des croisades

Publié par guideisrael le

Les croisades ont duré 200 ans et ont marqué profondément l’histoire de la Terre Sainte. Partout en Israël, on peut observer des traces des croisades à travers des châteaux, des forteresses, des églises, des fermes, des passages secrets… Pourquoi et comment les croisades ont-elles commencé ?

On date traditionnellement le début des croisades à la date du 27 novembre 1095. C’est en ce jour que le Pape Urbain 2 fait un discours que l’on appelle l’appel de Clermont. C’est un appel à la croisade dans le but de libérer Jérusalem et le tombeau du Christ. Le Pape dénonce également les souffrances des chrétiens d’Orient et il promet la rémission des péchés pour ceux qui partent péleriner en Terre Sainte. En effet, on ne parle pas encore de croisade mais encore de pèlerinage.

 

 

Pour quelles raisons le Pape prend cette décision qui aura des conséquences si importantes pour les deux siècles à venir en Occident et en Orient ?

Pour apporter des éléments de réponse, remontons le temps quelques années en arrière. 

1054. C’est une des années les plus cruciales dans le monde de la chrétienté. C’est le grand Schisme. La grande division entre les 2 grands groupes du monde chrétien. D’un côté le monde catholique et de l’autre, le monde orthodoxe.

Avant le Grand Schisme, il y avait un monde chrétien unifié. Les croyants pouvaient s’appeler orthodoxes même s’ils vivaient en Europe de l’Ouest et ils pouvaient s’appeler catholiques, mêmes s’ils habitaient en Egypte par exemple. Pourquoi ? parce que le terme « catholique » signifie universel en grec. Donc tout chrétien pouvait s’appeler catholique car c’était la croyance universelle. « orthodoxe » signifie en grec le droit chemin, la bonne croyance. De la même manière, tout chrétien pouvait s’appeler orthodoxe. Le terme de différenciation catholique/orthodoxe est apparu au milieu du Xième siècle. Quelle est la principale distinction théologique entre les 2 groupes ? il n’y en a pas !!! mêmes textes, mêmes croyances, même foi… c’est une distinction mineure issue d’une controverse sur la Sainte Trinité, sur la question de savoir si le Saint Esprit procède du Père et du Fils ou du Père uniquement.

A l’est, les chrétiens pensaient que le Saint Esprit ne procédait que du Père. A l’ouest, ils pensaient que le Saint Esprit procédait du Père et du Fils. Ce n’est pas une dispute théologique fondamentale. Mais c’est devenu une grande dispute pour des raisons politiques. A l’est, ils parlaient grec. A l’ouest, ils parlaient français, allemand, italien, espagnol. A l’est, ce sont des byzantins. A l’ouest, c’est un mixte de différentes nations et royaumes. A l’est, ils s’habillaient différemment, ils avaient différentes coutumes… Culturellement, il s’agit de deux mondes différents avec des identités différentes. Qui peut prendre une décision finale sur cette question ? Au XIXème siècle, les autorités religieuses du monde chrétien sont divisées en plusieurs patriarcats. A l’ouest, le leader religieux est le Pape alors qu’à l’est, c’est le Patriarche de Constantinople. Et ce dernier est au moins aussi puissant que le Pape. En 1054, le Patriarche de Constantinople décide de résoudre la question théologique en déclarant que le Saint Esprit ne procède que du Père. Il affirme que c’est la bonne croyance. Le Pape, entendant ça, envoie un délégué au Patriarche. Ce dernier lui demande de bien réfléchir à la question, l’invite à discuter avec le Pape de cette question… devant le refus du Patriarche, le délégué du Pape lui annonce au nom du Pape que le Patriarche est excommunié de l’Eglise. Devant cette décision, le Patriarche lui annonce qu’il s’est trompé. Que c’est le Pape qui excommunié de l’Eglise. C’est le début d’une excommunication mutuelle qui va durer 1000 ans. Seulement au milieu du 20ème siècle ils vont se réconcilier et annuler les excommunications. *

 

En 1095, à Clermont, le Pape Urbain 2 ne sait pas que l’excommunication de 1054 va durer 1000 ans. Il pense que les choses peuvent changer rapidement. Il pense que s’il prouve qu’il est Le leader naturel, que lui est capable de déplacer des croyants et des armées pour libérer Jérusalem, il affirmera son pouvoir par rapport à celui du Patriarche de Constantinople. C’est un des deux aspects qui explique pourquoi le Pape à fait son appel de Clermont.

L’autre explication vient d’un évènement de 1076. A cette époque, en Europe, il y a deux pouvoirs. Le pouvoir d’Etat et le pouvoir religieux. Le Pape, les Empereurs. Le Pape est Grégoire VII, l’Empereur le plus puissant, Henri IV de Prusse. Ils sont tous deux chrétiens. Mais ils ont une querelle sur l’autorité de nomination des Evêques. La nomination des Evêques parait être naturellement du ressort du Pape. Sauf qu’à cette époque, les Evêques ne sont pas seulement des représentants religieux. Ils dirigent des districts, des territoires, prélèvent des impôts. Ils ont donc aussi un pouvoir séculaire. C’est la raison pour laquelle l’Empereur pense qu’il devrait les nommer. Cette dispute s’appelle la guerre « investiture ». L’Empereur décide de mettre fin à la dispute en décidant unilatéralement de nommer les Evêques. Le Pape en retour décide de l’excommunier. L’Empereur Henri IV, avec sa fortune et ses armées, ne pensait pas que cela pourrait lui faire du tort. Grave erreur. Peu de temps après, ses ministres et conseillers lui annoncent qu’ils ne peuvent plus être à son service jusqu’au pardon du Pape. Malgré leur fidélité, leur principal maître est Jésus et si le Pape a excommunié l’Empereur, cela met un terme à leur relation.

L’Empereur décide donc d’aller demander pardon au Pape. A ce moment-là, en janvier 1077, le Pape était dans les Alpes italiennes, dans le château de Canossa. L’Empereur Henri IV doit franchir les Alpes en plein hiver, par un chemin terriblement escarpé, accompagné d’une troupe mal équipée et inexpérimentée. Ils subiront de lourdes pertes au cours du voyage. Henri arrive tout de même au pied de la ville de Canossa le 25 janvier 1077. La légende raconte que le pape a fait fermer les portes de la ville en apprenant l’arrivée de l’Empereur et que qu’Henri IV, sa femme et ses enfants, en chemise, ont dû attendre, les pieds dans la neige, que le pape change d’avis. Trois jours plus tard, le Pape accepte la visite de l’Empereur. Le recevant, le pape ne peut faire moins que de lever l’excommunication du roi. De cette histoire vient l’expression « aller à Canossa », de céder complètement face à son ennemi, d’accepter l’humiliation.

En 1095, moins de 20 ans après ces évènements, ces tensions entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux sont toujours très présentes. Le Pape souhaite de nouveau affirmer son pouvoir et son leadership face aux Empereurs et Rois d’Europe. L’appel de Clermont de 1095 a ainsi un double but : réaffirmer le pouvoir spirituel du Pape dans le monde chrétien et réaffirmer le pouvoir politique du Pape en occident.

À la suite de l’appel de Clermont, des milliers et des milliers de paysans décide de suivre l’appel du Pape et d’aller sauver Jérusalem. Les historiens ne considèrent pas ce mouvement populaire comme la 1ère croisade. On l’appelle généralement la croisade des paysans et on estime leur nombre entre 20 et 40 000. Ils décident donc d’aller à l’est en direction de Jérusalem. Avec des notions de géographie limitées, ils pensaient arrivés à Jérusalem en quelques heures ou quelques jours. Rapidement, ils se retrouvent démunis et décident de voler et d’attaquer pour se nourrir.
De plus, cette croisade populaire sera l’occasion des premiers pogroms contre les Juifs, en particulier en Rhénanie. En effet, devant les difficultés à arriver en Terre Sainte combattre les musulmans, ils décident d’attaquer d’autres ennemis des chrétiens, les juifs, accusés de la crucifixion de Jésus.

 

Il leur faut presque un an pour arriver à Constantinople, le 1er août 1096. Peu de temps après, ils traversent le Bosphore et sont rapidement défaits par les Turcs Seldjoukides. Une grande majorité des paysans sera massacrée, les autres vendus comme esclave ou convertis à l’islam.

Il faudra attendre le 15 août 1096 pour que les princes et barons lancent la 1ère croisade.

Catégories : Israel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *