Les portes de la vieille ville PART 2

Publié par guideisrael le

Porte des lions

C’est par là que les troupes parachutistes israéliennes ont investi la vieille ville durant la guerre des six jours en 1967. C’est la seule porte ouverte côté est. Autrefois, on l’appelait porte des Tribus (pour les juifs), porte de Marie ou Myriam. C’est la porte Saint-Étienne pour la dénomination chrétienne commune, car le martyre de Saint-Etienne selon l’Église catholique, s’est produit ici. Son nom actuel lui fut donné par Juifs au cours du XIXème siècle en raison des deux paires de lion sculptées à droite et à gauche de la porte. On pense que ces pierres représentaient l’emblème du Sultan mamelouk Baybars, qui conquit le pays en 1260. Elles auraient été récupérées par les ottomans parmi les vestiges d’un autre bâtiment et mises en place par le Soliman le Magnifique lorsqu’il édifia les remparts. Une autre légende raconte que ce Sultan décida la création des remparts car il faisait régulièrement un cauchemar : il était dévoré par des lions car il ne protégeait pas la ville sainte de Jérusalem. Il ordonna alors qu’on sculpte sur la porte est les lions qu’il avait vus en rêve.

Porte Dorée

La porte dorée (Golden Gate) est la porte la plus proche du Mont du Temple. Elle se trouve sur le mur oriental de la vieille ville, face au mont des Oliviers et au cimetière juif.

La porte dorée est également appelée la porte de la miséricorde et la porte de la vie éternelle. La porte a deux portes. La partie sud est connue comme la porte de la miséricorde et la partie nord comme la porte du repentir .

Il y a des siècles, les Juifs priaient en face de cette porte, face au Temple. Ils ont commencé à prier à la porte du repentir avant de se rendre à la porte de la miséricorde pour demander miséricorde à Dieu. Les chrétiens ont plus tard appelé cette porte la porte dorée. Les Arabes au Moyen Âge l’ont appelée la Porte de la Vie éternelle . Ils ont également appelé cette porte la porte de la miséricorde . Selon le Coran, le juste passera par cette porte le jour du jugement.

Porte des Ordures 

C’est la porte la plus pratique de la vieille ville pour accéder au mur occidental. La théorie populaire sur l’origine de cette appellation peu flatteuse est que les ordures de la ville et les cendres du temple étaient évacuées dans la vallée adjacente par cette porte, ce qui lui a valu le nom de «porte des ordures» (Sha’ar Ashpoth ou Dung Gate).

Pendant la guerre de 6 jours (1967), la vieille ville a été libérée par Israël, et les forces israéliennes ont utilisé cette porte comme l’un des points d’entrée.

C’est actuellement la plus petite des portes de la ville. Elle fut autrefois était encore plus petite: les Jordaniens l’ont élargie pendant leur séjour dans la ville pour permettre aux voitures de passer (de nos jours, les bus touristiques l’utilisent fréquemment).

En hébreu, c’est Sha’ar HaAshpot (porte des refus), tandis que son nom arabe, Bab Al Maghariba (porte des Maures), est un clin d’œil aux immigrants nord-africains qui vivaient à proximité au 16ème siècle.

Porte de Sion

La porte de Sion est l’une des portes d’entrée de la vieille ville de Jérusalem. Les murs, de 3,4 kilomètres de longueur, ont été construits en 1540 sur ordre du Sultan Soliman le Magnifique. Ils entourent la vieille ville qui ne fait que 1 km². La porte de Zion se trouve à l’angle sud-ouest de la vieille ville et donne un accès direct du mont Sion, au quartier arménien et au quartier juif de la vieille ville.

La porte de Zion est une porte « en coude », en forme de «L» – vous entrez par la porte, faites un virage à 90 ° sous l’arche de pierre et sortez de la porte. Cette forme a été choisie pour augmenter la sécurité. La porte a un deuxième étage équipé d’installations défensives comprenant un balcon au-dessus de l’entrée (mâchicoulis) où de l’huile bouillante pouvait être versée sur l’ennemi attaquant.  Adjacent à l’entrée se trouve une petite fenêtre dans le mur de pierre avec une flèche fendue où les gardes peuvent viser en toute sécurité leurs attaquants.

La porte de Sion porte le nom du mont Sion qui se trouve directement à l’extérieur des murs de la ville. En arabe, la porte est appelée Bab el Nebi Daud ou « Porte du prophète David». C’est probablement parce que le roi David est enterré sur le mont Sion. La porte est également appelée « Bab Hart el Yahud» ou porte des Juifs, peut-être parce qu’elle mène au quartier juif.

La porte est également appelée « la porte blessée » car elle porte les cicatrices des impacts de balles de la guerre d’indépendance de 1948 et de la guerre des six jours en 1967. À l’époque, les forces arabes tenaient le quartier juif de la vieille ville assiégée. Les forces juives ont attaqué les troupes jordaniennes qui gardaient la porte de Sion et, lors d’un échange de tirs, des centaines de balles ont laissé des marques dans le mur de pierre autour de la porte. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *